PSYCHOLOGUE SPECIALISEE EN THERAPIE COMPORTEMENTALE ET COGNITIVE
PSYCHOLOGUE SPECIALISEE EN THERAPIE COMPORTEMENTALE ET COGNITIVE

exemple I :

       Melle G vit un stress important au travail. C'est son 1er emploi et elle a toujours eu le souci de bien faire. Pour que ses parents soient fiers d'elle. Pour qu'elle soit reconnue et appréciée. Mais son N+1 a tendance à lui en demander beaucoup et elle ne sait pas dire non. Alors elle absorbe le travail, reste plus tard, en essayant de tout faire.. Mais ce n'est pas possible, d'autant qu'une de ses collègues vient de partir en congé. Elle rentre chez elle épuisée, se couche en pensant à tout ce qu'elle n'a pas fini et à tout ce qu'elle va trouver à faire le lendemain, espérant que son chef arrête de lui donner du surcroît de travail et comprenne qu'elle n'en peut plus... Mais, le lendemain, la pile de dossiers est toujours là et le travail s'accumule. Melle G se met en arrêt maladie. Le médecin diagnostique un état dépressif (pleurs, maux d'estomac, insomnie, sentiment de ne pas être à la hauteur). Il lui propose un anxiolytique et un somnifère et parle d'antidépresseur, d'autant que Melle G a des idées noires et dit qu'elle a peur de retourner au travail. Lorsque Melle G est venue me voir pour dépression, elle était en arrêt maladie depuis 15 jours. Ses angoisses de retourner au travail étaient tellement fortes qu'elle dormait très mal et ressentait des douleurs au ventre et à la gorge à chaque fois qu'elle évoquait son emploi. Bien qu'elle sache combien il est difficile de trouver un emploi aujourd'hui, là, elle en était désolée, elle ne pouvait pas du tout retourner travailler.

   En fait, Melle G ne souffrait pas de dépression mais d'un état d'épuisement émotionnel dû à l'accumulation des stresseurs qu'elle n'arrivait plus à gérer. Il y a ce nouvel emploi et l'enjeu que cela représente, mais aussi le déménagement dans ce quartier qu'elle ne connaît pas, loin de ses proches, et puis des préoccupations sentimentales car elle avait rencontré une personne mais ça ne se passe pas comme elle aurait voulu... Alors, Melle G n'avait plus assez de ressources pour s'adapter au cumul de tâches que lui demandait son supérieur hiérarchique. 

   La thérapie comportementale et cognitive va lui permettre de comprendre que c'est son action qui peut changer les choses, qu'elle doit agir par elle-même sur ce qui la stresse. Le comportement de son N+1 n'est qu'une partie du problème sur lequel elle n'a pas de contrôle. Par contre, elle peut changer sa façon de se comporter en refusant de prendre le travail supplémentaire, en mettant des limites, en disant non. En toute objectivité, elle ne peut pas réaliser le travail de deux personnes à elle toute seule. Elle doit apprendre à mesurer ce qu'elle est capable de faire en temps et en quantité. Cela permettra aussi à Melle G de prendre conscience de son besoin de reconnaissance impérieux qui l'empêchait d'évaluer objectivement les faits et de prendre en compte l'accumulation des événements actuels. La thérapie comportementale et cognitive sera centrée sur l'affirmation de soi (se considérer d'égal à égal avec l'autre, ni agressif, ni soumis), par un travail de restructuration cognitive et des exercices comportementaux. 

 

 

 

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© GENDRE CATHERINE